L’ensauvagement de l’âme poursuit sa route

Nous sommes en 1950, Aimé Césaire prononce un discours sur le colonialisme. Cet extrait, vous pouvez également le retrouver dans son ouvrage Présence africaine (1989).

Il faut noter que comme dans chaque volonté de réformer, les réformateurs sont souvent issus de la culture qu’ils pourfendent. Senghor et Césaire, les chantres de la négritude, se sont côtoyés sur les bancs de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm (école normale supérieure de Paris). Gandhi a fait des études de droit à Oxford, tout comme Nehru.

Les mots résonnent, devraient même raisonner le plus fermé des êtres, lui apprendre l’humilité, la sagesse et ainsi l’aider à réfléchir à ce qu’il peut dire ou faire.

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a eu au Viêtnam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et « interrogés », de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette lactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent (…))Il vaudrait la peine d’étudier, cliniquement, dans le détail, les démarches d’Hitler et de l’hitlérisme et de révéler au très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du XXème siècle qu’il porte en lui un Hitler qui s’ignore, qu’Hitler l’habite, qu’Hitler est son démon (…).

Et depuis, l’ensauvagement de l’âme se poursuit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.