La chronique du 20 juin 2022 : la politesse du désespoir

Qu’est-ce qui fait du rire un remède contre le mal, les vices ou la souffrance ?

Railler les ridicules et les défauts pour mieux les critiquer, rire de soi-même pour vaincre l’adversité.

L’humour, communément appelé « politesse du désespoir », permet de supporter ou surmonter un malheur, une souffrance. La multiplication des blagues en temps de crise, par exemple durant la pandémie du coronavirus, témoigne du pouvoir salvateur du rire. Transformer un supposé défaut en atout est aussi un remède.

Cependant, le rire, considéré comme le « propre de l’homme », peut aussi devenir inhumain ou avilissant : le rire cruel (les moqueries racistes ou antisémites) , le rire bête ou servile.

Bref, à quelles conditions le rire, l’humour ou l’ironie peuvent être des armes salutaires de résistance et de subversion : s’autoriser à rire de tout sans doute mais pas avec n’importe qui, ni n’importe quand ou n’importe où.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.